www.preparation-physique.net

Préparation Physique & sports collectifs PDF Imprimer Envoyer
  

La préparation physique fait partie intégrante du concept d'entraînement, mais elle se distingue obligatoirement de l'entraînement spécifique. Elle se centre en effet sur les paramètres les plus généraux et les plus transférables de la discipline, susceptibles d'améliorer la performance. De ce fait elle n'intervient pas directement sur les aspects technico-tactiques, même si elle les intègre dans son organisation générale.

 

La préparation physique : "est l'ensemble organisé et hiérarchisé des procédures d'entraînement qui visent l'utilisation et le développement des qualités physiques du sportif. Elle doit apparaître de façon permanente aux différents niveaux de l'entraînement sportif, et se mettre au service des aspects technico-tactiques prioritaires de l'activité." Michel PRADET

L'amélioration des aspects technico-tactiques, à travers la potentialisation des qualités physiques, est une des conditions sine qua non de l'efficacité de la préparation physique.

La préparation physique ayant pour objectif le développement des qualités physiques, il importe donc dans chaque discipline de les répertorier, d'en fixer les limites et les facteurs déterminants, pour ensuite inventorier et mettre en place les procédures susceptibles de les évaluer et de les développer.

 

 



- ORGANISATION GÉNÉRALE DE LA PRÉPARATION PHYSIQUE -

 

1- ANALYSE DE L'ACTIVITÉ :

- Type d'effort

- Type de contraction musculaire

- Exigences énergétiques induites

- Respect des choix technico-tactiques

- Analyse du système de compétition

 

Au niveau des sports individuels, il est assez aisé de cerner les processus énergétiques qui se dégagent des différentes qualités physiques mises en jeu dans l'activité. Par contre, les sports collectifs, mettent en jeu, sinon l'ensemble, du moins une grande partie de ces processus. Il convient alors de les répertorier et de les agencer de manière à ce qu'ils interagissent en synergie, sans que leur développement n'aille à l'encontre de l'objectif de préparation. Vient se superposer, le problème du poste occupé, et du niveau de spécialisation.

En sport individuel la planification, aussi bien physique que spécifique, est basée sur une progressivité visant à amener le sportif à un état de forme optimum pour la période de compétition.

En sport collectif, la période de compétition peut durer près de 9 mois, ce qui implique que l'état de forme optimum ne peut être atteint sur toute la saison. Du fait de la succession des échéances, le temps alloué à la préparation du sportif est relativement aléatoire. Généralement, on note une reprise anticipée de l'entraînement peu de temps après l'arrêt du championnat, afin de mettre en place une préparation physique conséquente. Ainsi dès le début de la nouvelle saison, le niveau physique du sportif doit être satisfaisant, afin de ne nécessiter au cours de la saison, que des rappels du potentiel préacquis.

Il convient alors de déterminer la ou les périodes primordiales du calendrier, afin de planifier les rappels et donc les montées en forme. Ces rappels doivent intervenir au moment ou les échéances sont les moins importantes, et durant la trêve afin de ne pas surcharger les sportifs.

Actuellement à haut niveau, la tendance veut que même si la période intense de préparation physique est réalisée avant le début du championnat, elle se poursuit à une intensité moindre tout au long de l'année en parallèle avec l'entraînement spécifique. Le travail physique devient alors systématique, et même si le niveau physique du sportif n'est pas optimum toute l'année, il est beaucoup plus élevé et stable. De plus l'individu ne perçoit plus la préparation aux échéances importantes comme une charge supplémentaire de travail, les rappels (qui étaient plus ou moins justifiés), ne sont plus " collés " sur l'entraînement spécifique, mais préparés planifiés et intégrés.

La préparation physique doit avoir comme objectif principal de faire correspondre le développement des qualités physiques requises, aux exigences technico-tactiques de l'activité et du poste.

 

 

2- ANALYSE DES RESSOURCES DE CHAQUE INDIVIDU :

- Évaluation du niveau de croissance physiologique et psychologique

- Évaluation des qualités physiques

- Évaluation du niveau d'expertise

 

A l'analyse des différentes qualités physiques que requière la discipline, succède la mise en place de l'évaluation des qualités physiques du sportif, afin de déterminer son profil général et mettre en place une action visant le développement des points faibles et l'entretien des points forts. Tout en respectant les objectifs et le profil du poste occupé par le sportif, la préparation physique tend à mettre en place un ensemble de moyens et de méthodes visant l'augmentation du potentiel.

La mise en place d'une préparation physique adaptée au sportif, nécessite la parfaite connaissance du niveau de maturation de l'athlète, et des périodes les plus favorables pour le travail et le développement des paramètres de chaque qualité physique. Il est nécessaire de toujours avoir comme objectif, l'adéquation des ressources des individus avec les contraintes imposées par l'activité.

Dans cette optique, la musculation intégrée à la préparation physique doit être gérée avec le maximum de sécurité, en respectant l'intégrité de l'individu. Ainsi on ne cherchera pas à développer la force maximale et à utiliser la plyométrie chez des enfants pré-puberts ou, chez des individus non spécifiquement préparés.

Il est nécessaire également d'évaluer le niveau d'expertise des sujets donc d'évaluer, la place qui a été donnée antérieurement à la préparation physique par rapport au travail spécifique, les charges de travail qui ont été consacrées au développement des qualités physiques. Tout ceci va permettre de définir la quantité efficace de travail à laquelle les sujets devront être confrontés.

 

 

3- ANALYSE DES POSSIBILITÉS DE L'ENVIRONNEMENT :

- Contraintes institutionnelles

- Conditions matérielles d'entraînement

- Moyens de récupération / suivi médical

Sauf si elle s'adresse à une équipe professionnelle, la préparation physique doit prendre en compte le fait que souvent, le sportif doit mener de front pratique sportive et activité professionnelle ou scolaire. Ces disponibilités personnelles, doivent être agencées aux disponibilités matérielles, et aux moyens de récupération.

 

4- PLANIFICATION DE L'INTERVENTION :

Une fois que l'on a répertorier les exigences de l'activité, fait l'analyse des ressources des sportifs et des possibilités de l'environnement, il convient de définir les objectifs d'entraînement et la construction du plan de saison (intégrer au plan de carrière), afin de planifier :

- Le nombre de séances

- La durée des séances

- Enchaînement travail/repos

- Durée et alternance des cycles d'entraînement

 

 

- ASPECTS GÉNÉRAUX DE LA MUSCULATION -

 

1- CLASSIFICATION DES EXERCICES DE MUSCULATION :

A partir des travaux de G. Cometti, qui lui-même utilise la terminologie de Kuznetzov.

EXERCICES GÉNÉRAUX : tous les exercices pratiqués dans une salle de musculation, avec utilisation de charges additionnelles, qui diffèrent du ou des mouvements spécifiques (squat, développé couché,…).

EXERCICES SPÉCIFIQUES : exercices qui ressemblent exactement au mouvement de compétition. L'objectif étant de reproduire le mouvement de compétition avec des paramètres différents, augmenter le poids du corps avec un gilet lesté, alourdir le ballon,…

MULTIFORMES :exercices qui doivent présenter certaines caractéristiques du geste technique :

- placement du corps

- type de contraction musculaire

- déplacement dans l'espace

 

2- TRANSFERT :

L'efficacité de la préparation physique se mesure à travers l'amélioration des qualités physiques, mais également à travers la part des progrès qui est utilisée dans le geste sportif de compétition.

En effet ce que l'on mesure en laboratoire comme VO2max, seuil, force et puissance, ne constitue que le potentiel de l'athlète, mais ne préjuge en rien de la réelle capacité de performance dans l'activité. Il est essentiel que les gains acquis sur le plan physique, soient transférables et transférées sur le plan technique.

Lorsque la préparation physique n'entraîne pas d'amélioration significative de la performance cela peut être la conséquence de 2 choses :

- objectifs de préparation non judicieux

- l'augmentation de la capacité physique n'est pas encore mise à profit dans le geste technique

Dans le domaine de la musculation, Cometti préconise d'enchaîner dans la même séance et même d'alterner entre chaque série les exercices généraux et spécifiques, afin de transférer les acquis physiques sur le plan technique.

On peut aussi enchaîner dans la programmation d'entraînement une période de développement de force et une période de travail technique.

 

 

3- FRÉQUENCE :

On note une augmentation graduelle des gains en force, avec l'augmentation du nombre de séances de musculation par semaines.

2 séances de musculation par semaine, semble être la périodicité minimale pour enregistrer des gains de force significatifs.

Souvent la fréquence d'entraînement est plus liée à des facteurs environnementaux qu'à des facteurs physiologiques ; en effet même si l'âge des sportifs intervient, les conditions matérielles, la scolarité, l'activité professionnelle…, influent de manière considérable. De plus, même si la préparation physique est aujourd'hui structurée, et largement intégrée à l'entraînement dans de nombreux sports, il n'empêche que le poids culturel propre à chaque activité peut être un frein à sa mise en place et donc à son efficacité.

Dans le cadre de la préparation physique, la charge d'entraînement que représente la musculation doit être modulée en fonction de l'entraînement spécifique :

- en PPG : 3 séances par semaine

- en PPS et PPC : dans la période de travail technique, il faut maintenir au moins une fois par semaine un travail de renforcement musculaire afin d'entretenir les gains de force préalablement acquis.

 

 

4- DURÉE :

Au niveau de la durée d'entraînement, 12 semaines semblent être la durée optimale de musculation pour engendrer un gain de force élevé.

 

5- MODIFICATIONS DE LA COMPOSITION CORPORELLE :

D'après toutes les études menées à ce sujet, en moyenne l'augmentation du poids corporel est inférieure à 300g, alors que la durée d'entraînement va de 6 à 24 semaines, de plus le % de masse grasse a diminué de 2,1%.

Donc on constate une légère prise de poids, mais en masse maigre ; la musculation engendre une perte de graisse et une prise de muscle, ce qui représente un outil intéressant surtout dans les sports ou le rapport poids/puissance est primordial ; en particulier chez la fille, où ce rapport se détériore à la puberté (modification de la morphologie liée aux caractères sexuels féminins, augmentation de la masse grasse).

Il est utopique de penser que le travail spécifique des abdominaux et des fessiers permet de brûler prioritairement et uniquement les graisses situées localement au-dessus de ces muscles, et entraîner une perte de masse grasse conséquente, même si la musculation comme toute activité physique représente une dépense énergétique qui s'ajoute au métabolisme de base et permet une consommation des graisses situées dans les adipocytes dans tout le corps.

 

 


Compex Performance


- CONCLUSION -

Il a été démontré, que même dans une activité à forte composante technique, la préparation physique peut être utile, soit pour diminuer l'intensité relative à l'exécution d'un exercice donné, soit pour donner une capacité supplémentaire, qui permet au sportif de haut niveau de réaliser une meilleure performance aussi bien au niveau énergétique, technique que tactique.

 

- Biblio-

La préparation physique par M. Pradet (1996)